Le luxe à la Française n’a pas fini de nous émerveiller

Si la crise de la COVID19 a fragilisé certains secteurs, il y’en a bien un qui n’a pas été affecté par les nombreux bouleversements que nous connaissons depuis bientôt un an. Depuis plusieurs années, le marché du luxe français bénéficie d’une notoriété et d’une popularité à l’international qui lui permet de ne pas connaître de forte volatilité. En effet, si on observe la bourse et notamment le CAC40, la plus haute capitalisation boursière est détenue par le groupe LVMH qui compte entre autres Dior et Louis Vuitton. La gestion de leurs stocks, stratégie marketing et organisation interne confèrent au géant du luxe une puissance notoire face aux autres acteurs. A titre d’exemple, vous avez certainement déjà remarqué que les Chinois sont de fervents consommateurs de la marque au monogramme mondialement reconnue. Cette popularité se fait également ressentir chez ceux que l’on nomme les « millennials » : autrement dit les français nés entre 1980 et 1995. Cette génération était par ailleurs à l’origine de 35% de la croissance pour les marques de luxe en 2019 et on peut envisager d’ici l’horizon 2025 une hausse jusqu’à 45%. De plus en plus attachés au développement durable, c’est aussi grâce à eux que certaines marques ont opéré de réels changements et transitions dans leurs process de fabrication.

Les amateurs de luxe n’ont donc pas revu leurs achats à plus tard même avec le confinement, d’autant que le e-commerce s’est de plus en plus développé chez nombreux mastodontes du luxe à l’instar d’Hermès.

Comment se phénomène se traduit-il en bourse ? C’est simple, ce secteur a su démontrer sa résilience depuis de nombreuses années, actuellement la Chine (premier pays consommateur) a pratiquement retrouvé un rythme de vie « normal » sans le virus de la Covid19, ce qui a boosté les ventes pour LVMH et Hermès. Néanmoins, le groupe Kering a vu ses résultats reculer en 2020, la marque Gucci n’a pour le moment pas le même pouvoir de séduction que ses concurrents.

Vous l’aurez compris, investir dans ces acteurs est une source fiable de rendement* et l’assurance de se protéger contre de fortes fluctuations de marché. Les actionnaires reçoivent des dividendes à la hauteur de la puissance de ces groupes. Si LVMH et Hermès ont le vent en poupe, on peut parier sur une hausse de la consommation en sortie de crise qui leur sera tout aussi bénéfique.

 

Bonne semaine à vous !

* Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps.