La composition d’un PER et ses avantages

Qu’est-ce qu’un Plan d’épargne Retraite (PER) ?

Mes chers investisseurs, l’équipe Aquilogia est très heureuse de vous retrouver en ce début mars. Aujourd’hui, nous allons tout vous expliquer sur le PER. De quoi s’agit-il ? Quels en sont les avantages fiscaux ? Quels sont les 3 types de PER ? Réponse, tout de suite !

Pourquoi investir dans un PER ?

Mis en avant par la loi Pacte le 1er octobre 2019, le PER a pour principale mission de vous aider à constituer un capital pour votre retraite, avec des avantages fiscaux intéressants. Il est accessible à tout âge.

Son utilisation est flexible et adaptée aux différents parcours professionnels. Via le Plan d’épargne Retraite, l’état espère inciter les Français à épargner sur le long terme et souhaite les orienter vers un produit d’épargne plus approprié que le livret A.

Il existe 3 types de PER :

  • Le PER individuel (qui remplace le PERP et le contrat Madelin),
  • Le PER d’entreprise collectif (qui remplace le PERCO),
  • Et le PER d’entreprise obligatoire (qui remplace le contrat article 83).

Les avantages fiscaux du Plan d’épargne Retraite

Tous les versements effectués en faveur d’un PER sont déductibles de vos revenus imposables (dans la limite d’un plafond imposé). Si ce plafond n’est pas atteint, la différence est reconduite sur les 3 années suivantes.

Cette déduction fiscale des versements est optionnelle. Si vous la refusez, vous n’aurez pas de baisse d’impôts, mais vous pourrez choisir la fiscalité de votre sortie de PER. Ce choix est d’autant plus intéressant pour les personnes situées dans les hautes tranches d’impositions.

Quelle fiscalité choisir pour la sortie du PER ?

Comme évoqué précédemment, si vous avez opté pour une déduction fiscale à l’entrée (c’est-à-dire au moment des versements), c’est le barème de l’impôt sur le revenu qui s’appliquera à la sortie du PER (sur les retraits).

Cette déduction fiscale peut par exemple être réinvestie dans une assurance-vie, qui permettra de combiner la fructification et la fiscalité avantageuse de ce produit d’épargne.

En cas de refus de la déduction fiscale des versements sur un PER, la sortie de votre PER se fera suivant une autre fiscalité (voir tableau ci-dessous).

Dans les deux cas, vous avez le choix entre deux types de sortie du PER :

La sortie en capital :

Vous récupérez la totalité ou une fraction de votre capital.

La sortie en rente viagère :

Une partie de votre capital et intérêt vous sont versées tous les mois, en complément de vos revenus à la retraite.

Avec déduction fiscale Le capital est soumis à l’impôt sur le revenu, et les plus-values sont taxées à 30% selon le PFU*. Cette rente est soumise à l’impôt sur le revenu, au même titre que les pensions de retraite, ainsi qu’aux prélèvements sociaux à 17,2%, avec un abattement selon votre âge.
Sans déduction fiscale Seuls les gains sont taxés, selon un PFU* de 30%, peu importe vos revenus et le montant épargné. Cette rente est soumise à l’impôt sur le revenu, selon les règles applicables aux rentes viagères à titre onéreux. Cela tient compte de votre âge. Les prélèvements sociaux s’appliquent sur les intérêts générés par vos versements.

*Le PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique), est composé de 12,8% d’impôts (taux fixe) et de 17,2% de prélèvements sociaux.

Les avantages successoraux du PER

Si le souscripteur décède avant la fin de son contrat, la fiscalité appliquée sera la même que pour l’assurance-vie.

Vous pouvez transmettre votre PER en souscrivant auprès d’un assureur, dont l’avantage fiscal sera le même que l’assurance-vie avant 70 ans (pour en savoir plus, vous pouvez lire notre article dédié). Cette transmission prendra donc également l’âge du souscripteur en compte.

Avant 70 ans

En cas de décès avant 70 ans, le PER est hors droits de succession. Il s’ajoutera aux primes d’assurances-vie versées avant 70 ans :

  • Abattement de 152 500 € par couple d’assuré,
  • 20% d’imposition jusqu’à 700 000 €,
  • 31,25% d’imposition au-delà.

Après 70 ans

En cas de décès après 70 ans, le PER fait partie des droits de succession. Il s’ajoutera aux primes d’assurance-vie versées après 70 ans :

  • Abattement de 30 500 € (sur l’ensemble des contrats souscrits),
  • Taxation aux droits de mutation (en fonction du lien de parenté), sauf pour le conjoint survivant.

Contrairement à l’assurance-vie, c’est la date de décès qui est prise en compte (et non la date de versement des primes).

Les différents types de Plan d’épargne Retraite

Il est possible de détenir plusieurs PER, dont un pour chaque membre du foyer fiscal (enfants compris). Il se décline aujourd’hui sous 3 formes :

  • Le PER individuel : il est ouvert à tout le monde, ce produit d’épargne peut être alimenté par des versements libres.
  • Le PER d’entreprise collectif : il est ouvert à tous les salariés d’une entreprise, sans obligation de souscription. Une condition d’ancienneté peut être exigée. Il se clôture à l’âge de la retraite, avec la possibilité d’obtenir un déblocage anticipé. Les frais de gestion sont pris en charge par l’employeur. Ce placement offre également l’alternative d’investir dans un fonds solidaire.
  • Le PER d’entreprise obligatoire : très similaire au PER d’entreprise collectif, la seule différence est qu’il peut être souscrit par l’entreprise pour certaines catégories de salariées ou pour la totalité d’entre eux. Les salariés sont obligés d’y souscrire.

Choisir son mode de gestion pour son PER

Nous avions déjà évoqué dans cet article les différents types de gestion possible pour un contrat d’assurance. Concernant le PER, ce sont surtout ces trois là qui sont utilisés :

  • La gestion libre ou directe : vous êtes le seul maître à bord.
  • La gestion à horizon (ou gestion évolutive) est celle établie par défaut, quel que soit votre type de PER (individuel ou entreprise). Un profil (prudent, équilibré ou dynamique) d’investissement vous est attribué en fonction de vos objectifs et de votre goût du risque.
  • La gestion déléguée (ou sous mandat) est intégralement déléguée à un gestionnaire, l’investisseur est complètement pris en charge.

Conclusion

Complémentaire à l’assurance-vie (dont le capital est toujours disponible), le PER est un outil idéal pour préparer sa retraite et bénéficier de réductions d’impôts. Sa fiscalité avantageuse est d’autant plus attractive pour les personnes avec d’importants revenus.